Chapelle Notre Dame de Piété

vendredi 11 mars 2011
par Raymond Pouy
popularité : 95%

"Au bas de la montagne et du Pic de Lumière,

Que ses feux naissants, le soleil dore, éclaire,

Est un petit hameau qu’on nomme Cadeilhan..."


C’est à l’entrée de ce hameau (avant 1928) que s’élève auprès d’une fontaine renommée, la chapelle de Notre Dame de Piété et ou Pitié.


Façade ND de Piété


La route d’Espagne passait jadis devant son seuil et les voyageurs allant et venant s’arrêtaient parfois pour faire une courte prière et jeter une obole à travers la grille en bois de chêne qui fermait la façade de l’édifice.

Cette chapelle fut érigée en 1654 à l’occasion de la peste qui décima la contrée et spécialement la paroisse de Cadeilhan-Trachère. Elle débuta le 22 mars 1653, à Trachère, en faisant de Jeanne Ferras, femme d’Armand Pessoulé, sa première victime. Le surlendemain, Armand mourait à son tour et trois autres membres de sa famille tombèrent les uns après les autres.

Le fléau se répandit, augmentant bientôt avec les premières chaleurs. Malgré le dévouement des médecins et des consuls, malgré le zèle que le curé Jean Mascarou et le vicaire Maître Tanouilhe déployèrent au chevet de tous les mourants.

La mortalité atteignit des proportions effrayantes : du 8 décembre 1653 au 20 août 1654 en particulier, 44 décès furent enregistrés et une quarantaine de personnes étaient déjà mortes depuis le mois de mars. Le cimetière étant trop petit pour recevoir tant de cadavres, on les enterrait partout, à côté des maisons et même dans les champs.

Il y eut des scènes tragiques que le Registre des décès rapporte. Ainsi Dominique Peyrau mourut "dans le cimetière ayant lui-même fait son sépulchre (sa tombe) et emporté son suaire (son linceul) après avoir enterré sa belle-mère et cinq de ses enfants et demeuré trois jours dans le dit cimetière, attendant la mort, ayant été plus tost confessé, et ayant emporté sur soy l’argent pour faire couvrir son corps de terre.

Au mois de juin, la consternation était générale ; les survivants de Cadeilhan et Trachère tournèrent leurs regards vers le ciel et firent le voeu d’élever une chapelle sous le vocable de Notre Dame de Piété.

La peste cessa !

Les habitants de Cadeilhan-Trachère s’engagèrent, par acte notarié à doter et entretenir la chapelle.

Le 20 juillet 1654, les consuls et habitants "faisant tant pour eux que pour le reste des habitants de la communauté de Cadeilhan-Trachère, lesquels, de leur bon gré et franche volonté, mus de dévotion et ayant à cet effet bâti la chapelle de Notre Dame de Piété et ou Pitié au dit lieu de Cadeilhan, à ce qu’il plut à Notre Seigneur appaiser son couroux et délivrer du fléau de la peste, pour la dotation de la dite chapelle, entretien et réparation d’icelle ont promis et promettent de bailher annuellement et à perpétuité la somme de 3 livres et plus si besoin est...". 1 livre = 20 sous / 1 sous = 12 deniers d’ou la livre valant 240 deniers et 409 gr d’argent et 3 livres était l’équivalent d’un écu,...

Ils fondent, en outre, par le même acte 4 messes à célébrer chaque année le second samedi des mois de mai, juin, juillet et août à huit sous chacune. Enfin, Jean Ferras s’engageait lui aussi à fonder trois autres messes : deux de Notre Dame et l’autre en l’honneur du glorieux Saint-Sébastien "chantables à perpétuité". La chapelle avait dès lors son entretien assuré.

| Arrière de ND et survol de la cabine du téléphérique - JPEG - 228.3 ko |

Sitôt qu’elle fut achevée, elle devint un foyer de dévotion dans Cadeilhan-Trachère.

Les fidèles venaient y prier souvent ; les fiancés y contracter mariage pour se placer sous la protection de la Sainte Vierge : Jean Ferras de Cadeilhan et Marguerite De Benque y reçurent la bénédiction nuptiale le 26 novembre 1654.

Aux fêtes, spécialement à celles de l’Assomption et de la Fête de Dieu, les paroissiens du village s’y rendaient en procession, après vêpres.

En 1712, fut placé le balustre en bois de chêne qui fermait la façade de l’ancienne chapelle.


Elle fut entièrement reconstruite entre 1909 et 1910 à l’initiative du curé de Vignec. La vierge à l’Enfant du XV° a été volée (an 2000) et aujourd’hui disparue.

Texte tiré de l’ouvrage "CLOCHERS D’AURE" et écrit par J FRANCEZ sous la Direction de l’Abbé Lavigne, curé-doyen de Vielle-Aure, l’Administration - Rédaction : Abbé Depierris, curé de St-Lary : n° 90 de NOVEMBRE 1954


Agenda

<<

2017

>>

<<

Avril

>>

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Aujourd'hui

Météo

Saint-Lary-Soulan, France

Conditions météo à 08h30
par weather.com®

Soleil et nuages épars

7°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 9 km/h - sud sud-est
  • Pression : 983 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 23 octobre
par weather.com®

Soleil

Max. 17°C
Min. 6°C


Soleil
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 24 octobre
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max. 24°C
Min. 10°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 6 km/h
  • Risque de precip. : 0%
<< Prévisions